La Fontaine de Médicis

L’incontournable Fontaine de Médicis du Jardin du Luxembourg. Les inconditionnels du romantisme se l’arrachent. Lieu tranquille, ombragé, source d’inspiration pour de célèbres artistes qui s’y sont rendus bien avant nous, cette fontaine agite les cœurs et les esprits.

Nostalgique des jardins de son enfance, Marie de Médicis entreprit de s’offrir une résidence inspirée des palais florentins accompagnée d’un jardin semblable à ceux de Boboli à Florence.

Ce fut donc en 1630 que la reine fit appel à l’ingénieur Thomas de Francine et qu’elle passa commande de ce qui se nomma autrefois la « grotte du Luxembourg ». Pour l’instant, on était encore bien loin de la somptueuse fontaine que nous connaissons aujourd’hui. L’œuvre de Thomas de Francine subit de nombreuses modifications au cours du temps. La fontaine fut même déplacée en 1861 puis réaménagée.

Lors de la reconstruction du monument en 1862, la fontaine de Léda autrefois située rue du Regard et de Vaugirard fut elle aussi déplacée et postée à la face arrière de la Fontaine de Médicis. Alphonse de Gisors s’attela à la création d’une allée d’eau de cinquante mètres de long, garnie d’une allée de platanes. Ce qui n’était alors qu’un portique devint une remarquable fontaine. La plus impressionnante des transformations s’attribue à Auguste Ottin (1811-1890). Il décora la fontaine de l’éclatante sculpture rejouant la scène de Polyphème surprenant Galatée dans les bras d’Acis, tous deux langoureusement allongés au bord de l’eau. Polyphème, célèbre cyclope de la mythologie, tente alors d’écraser les deux amants sous un rocher, Pan et Diane assistant au drame.

Notez la visite et laissez un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *